Carnets de Seattle: Patchwork d'impressions et d'humeurs de deux Français expatriés aux Etats-Unis. Depuis mars 2011, ces carnets sont aussi le journal de notre combat contre la leucémie.

vendredi 15 septembre 2017

Notre comportement sur Facebook

Comme probablement beaucoup d'entre vous, j'ai une relation d'amour/haine avec Facebook. D'un côté c'est un outil génial pour partager des photos avec ses amis, pour se tenir globalement au courant de comment vont les amis qui vivent loin, et bien sûr pour propager rapidement idées et informations.

D'un autre côté, je m'inquiète comme beaucoup de gens de l'utilisation de nos données, du droit à l'oubli, de l'image publique que je peux donner etc.

Du coup, depuis plusieurs années déjà, j'ai décidé une chose simple: je ne publie qu'en mode public. Ce qui me force à ne publier que des choses qui ne me posent pas de problème si un éventuel employeur tombait dessus, par exemple. J'estime que si je n'assume pas que ce que je partage puisse se retrouver dans une recherche publique, alors je n'ai pas à le partager. Vous allez me dire, oui, mais justement, Facebook permet de partager des choses privées avec des gens triés sur le volet... Oui, mais non. Facebook a mes données, je n'ai aucune garantie qu'un jour ils ne diffusent pas contre mon gré des informations que je souhaite garder privées, donc je ne leur en fourni pas, point à la ligne.

Parfois, exceptionnellement, je partage des photos de "famille" avec uniquement avec mes amis. Si je les partage, c'est que j'assume de les partager de manière publique, par contre pour respecter la vie privée des gens sur la photo, je vais parfois restreindre l'accès. C'est ma seule exception.

Honnêtement, je vous conseille d'essayer ce mode de fonctionnement. Je connais des gens qui passent en revue de façon totalement parano leurs paramètres de vie privée, pour être sur que jamais au grand jamais on ne puisse les trouver dans des recherches, ou qu'on puisse voir quelque information que ce soit... Et ensuite qui postent des trucs hypers privés à leurs 'amis' sans se rendre compte qu'ils donnent leur vie à une entreprise privée étrangère. Je trouve qu'il y a un certain manque de cohérence.

Cette nuit, j'ai percuté un truc concernant notre comportement sur Facebook. Cela ne casse pas trois pattes à un canard, vous allez voir, mais bon, parfois j'ai des illuminations façon lumière de frigo dans ma tête...

En gros, il y a deux types de personnes sur FB. Ceux qui ne postent que ce qui les énerve/dégoûte/etc, et les gens qui ne postent que les choses qu'ils trouvent intéressant/positif. Le "que" voulant ici dire, dans une proportion 80/20 dans un sens ou dans l'autre. Regardez bien, c'est assez flagrant. Il y a des gens qui sont dans le négatif en permanence, et d'autres plutôt dans le positif.

C'était le deuxième point dont je voulais vous parler. Autant je trouve que parfois, il y a des choses répugnantes qu'il faut dénoncer, sur lesquelles il faut attirer l'attention du public, autant je considère que les médias traditionnels font très bien leur boulot pour nous parler de tout ce qui ne va pas dans le monde.

Quand on communique, même sur Facebook, on fait naître des pensées chez notre interlocuteur. C'est un pouvoir extrêmement puissant: à chaque fois que vous partagez quelque chose, vous modifiez l'état intérieur de la personne qui le lit.

Maintenant, c'est une question de responsabilité personnelle presque. Si vous considérez déjà que le monde ne va pas bien, est-ce que vous allez passer votre temps à écrire des choses qui vont faire naître des émotions négatives chez les gens qui vous lisent? Ou l'inverse? Je suis d'accord que parfois, il faut s'indigner, se révolter etc... Mais juste après s'être indigné, il faut s'enthousiasmer pour des choses qui font bouger les choses dans le domaine où l'on s'est indigné. Or je vois des gens qui ne savent que s'indigner. Et cela m'indigne.... Ahah.

Il faut partager du beau, du positif, de l'enthousiasmant, aussi. Il faut donner envie aux gens de s'investir, de faire des choses. C'est important, je crois, si l'on veut un jour que l'humanité ai une chance de s'en sortir. Etre réaliste, oui. Mais garder l'espoir et infecter les gens de proche en proche par nos propres qualités, quelles qu'elles soient.

1 commentaire:

Un petit mot fait toujours plaisir!
Si vous ne savez pas quoi choisir dans la liste déroulante, choisissez "Nom/Url". L'url est optionnelle.

Search Results


Free Blogger Templates by Isnaini Dot Com and Architecture. Heavily modified beyond all recognition by Lo�c. Social icons by plugolabs.com .Powered by Blogger