Carnets de Seattle: Patchwork d'impressions et d'humeurs de deux Français expatriés aux Etats-Unis. Depuis mars 2011, ces carnets sont aussi le journal de notre combat contre la leucémie.

samedi 17 octobre 2015

La loi des plaines, dernier chapitre: Le vent souffle sur les plaines

Je vous avais dit que je publierai le dernier chapitre immédiatement après le 15, mais il se trouve que je suis malade depuis une semaine et ces deux derniers jours, j'ai été cloué au lit par une sale rhino-pharyngite ou un truc du genre. Rien de grave, mais bon, comme d'habitude, ça dure un peu plus longtemps que pour d'autres gens. Bref, ce soir cela va un peu mieux alors j'en profite pour publier la fin de l'histoire. Maintenant qu'elle est terminée, je ne peux que vous conseiller de la relire en entier car je ne l'ai pas écrite pour qu'elle soit publiée en épisodes, le rythme est plus adapté à une lecture continue. Je serais ravi que vous me fassiez vos retours, bons comme mauvais du moment qu'ils sont argumentés. Ces posts n'ont généré que peu de commentaires, je ne sais pas si c'est parce que ce genre d'histoire n'est pas la tasse de thé de mon lectorat habituel, si c'est parce que vous attendiez la fin, ou si parce que c'est simplement très moyen. J'ai vraiment besoin d'un retour, c'est le seul moyen que j'avance. Voilà, j'espère du fond du coeur que cela vous aura plus et vous avoir un peu faire voyager dans mon monde. Une dernière note, ce que vous avez lu a été écrit en anglais à la base et je l'ai traduit pour vous, et le résultat n'est pas exactement comme le texte original. J'ai fais ce que j'ai pu.
Tabbananica et Bowahquasuh durent vraiment se démener pour arriver à perdre les Chats-Rasoir. Ils avaient distancé les plus jeunes facilement, mais les plus âgés étaient presque aussi rapides que les chevaux des jeunes braves. En fin de compte, ce fut juste un concours d'endurance. Les chevaux pouvaient maintenir un rythme soutenu plus longtemps, alors après quelques heures d'une course mortelle, les prédateurs finirent par abandonner. Sagement, les chasseurs continuèrent à avancer pendant un moment avant de s'arrêter et de changer de monture. Il était temps de revenir à la tribu et Tabbananica, en utilisant son Don, commença à rechercher des signes du convoi.
Il aperçut finalement un nuage de poussière pouvant indiquer la présence de chevaux, fit le point avec sa vision surnaturelle... Et blanchit instantanément. Il jeta un autre regard, incapable de comprendre ce qu'il voyait, puis un autre. Les couleurs se vidèrent de son visage. Enfin, il réalisa qu'il ne rêvait pas, ce qu'il voyait était bien réel. Il cria de désespoir, un long cri qui effraya les chevaux et lui blessa la gorge et les oreilles, un cri aussi hideux que le spectacle devant lui. Il griffa son visage de ses ongles, il voulait arracher son œil, il aurait tout fait pour arrêter la vision cauchemardesque mais il ne pouvait pas détourner le regard. C'était sa tribu, son peuple, sa famille...
"Que se passe-t-il?" demanda Bowahquasuh. Elle avait posé la question, mais elle connaissait déjà la réponse. Rien d'autre n'aurait pu horrifier son ami ainsi, rien que...
"Des morlocks. Ils sont tous morts".
En silence, ils attendirent que la horde quitte la scène de son crime atroce. Ils ne parlaient pas, il n'y avait rien à dire. Puis, finalement, la horde disparu. C'était étrange, pendant un long moment, elle était là et juste comme ça, elle s'évanouit. Tabbananica supposa qu'il s'était assoupi, ce qui pouvait très bien être le cas étant donné la journée infernale qu'ils venaient de vivre.
Toujours muets, ils chevauchèrent jusqu'à l'emplacement du massacre. La plaine était silencieuse comme une tombe. Juste le bruit sourd des sabots de leurs chevaux sur l'herbe moelleuse et le doux bruit du vent. Le vent. Il soufflait tranquillement, le vent était toujours là et ne se souciait pas de la vie des morlocks et des hommes. Il soufflait comme il l'avait toujours fait. C'était irréel, la vie de la plaine continuait, mais tout autour de l'ancien campement, tout ce qu'ils pouvaient voir, c'était la mort. Les deux survivants pleurèrent en voyant les corps de leurs amis horriblement mutilés, mais ce n'était pas le pire. Certaines personnes revenaient d'entre les morts et se transformaient en morlocks, c'était donc une tâche vitale pour assurer la paix éternelle à leurs proches que de les poignarder à la base du crâne, détruisant ainsi le cerveau.
Il avancèrent, absorbés par leur ignoble tâche, corps après corps, cadavre après cadavre, poignardant les membres de la tribu un par un à la base du crâne. Femmes, enfants, vieillards, braves dans la force de l'âge… Personne n'avait pu s'échapper. Ils trouvèrent Yahneequena et Wakaree, enlacés dans la mort à coté du cadavre d'un gigantesque kʉtsʉtoya. Tabbananica frémit de fierté en voyant la lance dépasser de la bête. Ces deux-là avaient bravement combattu.  Tous les chasseurs étaient mort bravement, d'ailleurs. Tous avaient leur arme plongée dans le corps sans vie d'un morlock. Pourtant, cela ne diminuait pas la douleur. Bowahquasuh tomba à genoux quand elle vit les restes de son père. Elle n'arriva même pas à pleurer, elle était au-delà des pleurs. Elle s'agenouilla là, le regardant  comme si elle pouvait le ramener en le fixant assez fort. Tabbananica se leva et la détourna pour ensuite recouvrir le visage défiguré du père de son amie.
Ce jour-là, ils durent plonger leurs couteaux dans leurs amis, leurs parents, leurs proches, dans les chevaux même. Lorsqu'ils eurent enfin fini, ils étaient fous de douleur et brûlant de haine et de soif de vengeance. Enfin, ils se tournèrent vers le cadavre de Kanaretah. Elle était couverte de la carcasse de Neraquassi. Le pauvre cheval avait été à demi dévoré mais la chef de guerre avait étonnamment été épargnée par ce destin funeste. Elle gisait, exsangue, vidée de son sang par plusieurs blessures béantes, mais son corps n'avait pas été profané par les monstres cannibales. Peut-être que les Morlocks en avaient finalement eu assez et étaient passé à autre chose.
Bowahquasuh lutât pour soulever l'encolure de Neraquassi afin de dégager le corps de sa chef. Elle haletait d'épuisement, le cheval pesait une tonne et elle n'arrivait pas à le faire bouger. Elle cria de frustration, elle était au bord de la folie. Après l'horreur de la journée, le fait même d'assurer  le repos de sa bien-aimée Kanaretah lui était refusé. Elle était sur le point de s'effondrer sous le poids de son désespoir quand un mouvement la fit sursauter. Elle tomba presque sur les fesses alors que quelque chose se mit à bouger sous le corps de Kanaretah.
"Quanah!" cria-t-elle. "Tabbananica, le jeune Quanah est vivant !!".
Le chasseur se précipita à ses côtés pour l'aider. Quelques instants plus tard, Bowahquasuh pleurait de joie en serrant le jeune enfant évanoui contre sa poitrine.
C'était un miracle.


16 commentaires:

  1. Merci pour ce dernier épisode !
    Je n'ai pas pris le temps de relire le texte en entier... je ne sais pas si je le ferai.
    Première remarque : malgré le côté ponctuel des épisodes, je me suis attachée aux personnages, et ça c'est pour moi une réussite de réussir à le faire sur un temps aussi court
    J'avais prévu d'écrire que les textes qui finissent mal ne sont pas ceux que je préfère...
    J'avais oublié les deux personnages partis semer les Chats-rasoirs. Je les ai redécouverts avec plaisir dans le dernier chapitre, en me disant "ils ne sont pas tous morts". Je trouve ce dernier chapitre réussi, j'ai été touchée et émue par le parcours des deux survivants. Tu as réussi à provoquer de l'émotion alors que les chapitres précédents sont "déprimants" et désespérés.
    Et finalement, j'aime beaucoup la fin, ce petit miracle auquel je n'avais pas pensé... ce petit espoir qui permet finalement de ne pas s'inquiéter pour eux.

    Voilà pour mon compte rendu de lecture !
    Merci de nous avoir fait partager ton texte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et bien tu vois Anne, ton commentaire me fait super plaisir. En gros au début je ne voulais pas écrire parce que "tout à déjà été fait"... Et puis je me suis dit, merde, je sais que cela ne sera pas forcément ultra original, mais si j'arrive à créer une histoire où l'on s'attache aux personnages et ou on a l'impression de quitter des amis à la fin (un peu comme dans la série "Pern" de Anne McCaffrey) et bien je serais content... Donc voila, cela me conforte dans mon choix, dans le fait que même si mon histoire n'est pas un parangon d'originalité, je peux quand même faire vivre des émotions aux lecteurs.... C'est le principal pour moi. Merci encore!

      Supprimer
  2. Bonjour,

    Un petit mot pour vous dire que j'ai lu votre texte. Merci à Anne d'avoir insisté pour la suite !
    Je suis une lectrice de ce genre de littérature, mais j'ai maintenant du mal à trouver des romans vraiment prenants. Cependant, j'ai bien aimé cette nouvelle. Et du coup, je suis vraiment curieuse de lire votre roman. C'est très prometteur. Les personnages sont attachants, la fin est bien, et donne vraiment envie de savoir la suite des aventures de ces survivants. Le monde est bien décrit, et j'arrive bien à l'imaginer. Il est facile d'y rentrer.
    voilà, voilà... Mes encouragements pour la suite, et merci encore pour ce partage
    Althéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela me fait super plaisir Althéa, merci pour ce retour :).
      Je suis en train de travailler sur le 2eme draft du bouquin (et sur les 3 derniers chapitres)... Quand j'aurais fini le 3eme draft, je l'enverrai peut etre à des gens "inconnus" (ie pas mes amis) comme toi que cela intéresse, pour avoir des avis... Si cela t'intéresse dis le moi :)

      Supprimer
  3. Je vais maintenant prendre le temps de tout lire...
    (le temps de récupérer mon Pc en état de marche.
    Des bises au passage. (je sais , je profite !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attend ton retour avec impatience, bon ou mauvais!

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Loïc je viens juste demander si tout va bien pour toi et les tiens à Paris ?

    RépondreSupprimer
  7. Je te souhaite une excellente année 2016 !
    J'espère que tu passeras nous donner quelques nouvelles bientôt !
    En tout cas, quand je passe par là et que je relis les dernières lignes de ton histoire, je retrouve l'émotion ressentie à la première lecture....

    RépondreSupprimer
  8. pas de nouvelles récentes, je passe ici pour savoir si tu vas bien? je l'espère, peut être es tu complètement absorbé par ton livre? et te souhaite une bonne journée (et une bonne année tant qu'on y est!)
    Catherine de Bretagne

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Loïc,
    me voilà de nouveau connectée, et je suis repassée voir ton blog. Je serai très contente de lire ce 3eme draft, si tu as toujours envie de le partager avec des inconnus !
    Bien à toi,

    RépondreSupprimer
  10. Plus de souci pour vos problèmes sentimentaux ou sociaux
    Grace à lui ma vie s’est reprise de la meilleure manière sur tous les plans
    Moi pour mon histoire, mon mari s’est mis à changer du JOUR AU LENDEMAIN sans raison, et je suis allée sur un site d’annonces et je suis tombée sur le puissant marabout ALI qui m’a tout donné et il m’est revenu et en plus de cela il a fait que mon activité prospère.
    Je remercie ce MR ALI qui a faire de moi la femme la plus heureuse du monde,tout ce qui ont des probleme comme moi je vous conseil de contacter ce mr qui fera des miracles dans votre vie.

    Son mail : ali.marabout@live.fr Ou alimarabout@live.fr


    Merci et bonne chance a vous

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour !
    Je m’appelle melanie, je veux partager avec vous mon histoire. Il y a de cela 2mois environ, c'était le calvaire entre mon mari et moi . Les disputes entre mon mari et moi se répétaient jusqu'au jour ou il quitta la maison. Suite à cela jai parlé avec une amie qui m'a donné les adresses du puissant pratiquant de la margis le maitre amankpé à qui je devais m'expliquer. Comme j'aime encore mon mari j'ai contacté ce puissant pratiquant qui m'a promis de me le faire revenir pour toujours. J'ai passé à quelques rituels et bizarrement dans les sept jours à suivre mon époux est revenu en me suppliant de lui pardonner pour tout ce qu'il a pu me faire et bien sur on s'est réconcilié. Ce fut un véritable miracle dans ma vie. on na passer la fête ensemble s'etais bien
    Alors pour tous vos problèmes (ruptures amoureuses ou de divorce, maladies, chance, stérilité, problème de blocage, d'attirance de clientèle, problème de chômage, portefeuille magique etc...) je vous conseille de faire comme moi.
    Je vous assure que vous trouverez la satisfaction avec le maitre amankpé; voici son mail: maitreamankpe@gmail.com

    ou appelé le directement sur whatsapp numéro téléphone 00229 94 93 64 59

    RépondreSupprimer

Un petit mot fait toujours plaisir!
Si vous ne savez pas quoi choisir dans la liste déroulante, choisissez "Nom/Url". L'url est optionnelle.

Search Results


Free Blogger Templates by Isnaini Dot Com and Architecture. Heavily modified beyond all recognition by Lo�c. Social icons by plugolabs.com .Powered by Blogger