Carnets de Seattle: Patchwork d'impressions et d'humeurs de deux Français expatriés aux Etats-Unis. Depuis mars 2011, ces carnets sont aussi le journal de notre combat contre la leucémie.

mardi 21 août 2012

Le python de Ravenna

Depuis que l'été a commencé, je vais tous les jours passer mon après-midi au parc de Ravenna. Je lis, je fais mon "taichi", je médite (je dors), bref, je m'aère un peu les bronches. Je préfèrerai aller à la plage, au bord de Greenlake par exemple où la vue est plus sympa, mais je dois faire super attention  à ne pas prendre trop le soleil, et donc je vais plutôt à Ravenna où je peux passer ma journée en sécurité à l'ombre.

Cowen Park/Ravenna Park, c'est un endroit assez étrange, un grand parc avec pelouse, jeux pour enfants, terrain de base-ball, et qui descend dans une espèce de ravine profonde d'une bonne vingtaine de mètres, une véritable forêt dans la ville comme la plupart des parcs de la ville d'émeraude, dans laquelle courre même un ruisseau.

Vue aérienne du parc

Il attire par conséquent tout au long de la journée une clientèle très variée: coureurs et vélos qui vont se taper les chemins de la ravine, plagistes qui viennent bronzer sur la pelouse, familles qui vont au jardin d'enfants... Et aussi une population significative de sans abris et de marginaux qui habitent sous la protection des ponts enjambant le parc et dans la profondeur des fourrés de cette jungle miniature.

Parmi ces marginaux, il y a un gars qui est là quasiment tous les après-midis et qui se trimballe avec un python de 2 mètres sur les épaule. Étrange, mais admettons, on voit ce genre de gars dans tous les festivals, et puis à une période je me baladais avec un rat apprivoisé, je peux difficilement critiquer.

Un jour, alors que j'étais en train de pratiquer l'une de mes formes, j'aperçois un truc qui sinue dans l'herbe à une vingtaine de mètres du campement du gars en question. Le python est tout seul, dans l'herbe, en train de se faire la malle. Le gars se lève, courre après son python, le remet en tas à coté de lui et recommence à discuter et à fumer le calumet de la paix avec ses collègues comme si de rien n'était. Quelques minutes plus tard, le python recommence à explorer, et file vers les fourrés, surement plus de son gout étant donné la température écrasante. Et rebelote.

Dans les semaines suivantes, je vais recroiser régulièrement ce personnage, avec toujours  le même manège: le python en liberté dans l'herbe qui se balade et le gars qui le récupère périodiquement quand il est un peu trop loin. Pendant ce temps, à 50 mètres de là, des bébés jouent dans le bac à sable, tout est normal ma bonne dame.

Et puis il y a une semaine, quand je suis arrivé au parc, je suis tombé face à ce panneau (cliquez sur la photo pour agrandir):

Python en liberté depuis le 13 Aout.
Une heure plus tard, j'aperçois le gars au python, qui sort de la ravine avec une équipe de télévision. Ce qui devait arriver arriva: un jour, le python a finalement réussi sa grande évasion et se balade depuis dans le parc!

Du coup, depuis une semaine, je regarde bien les branches au dessus de moi quand je me pose pour m'entrainer... Des fois que le python me tomberait dessus!

Je ne vous explique pas la joie des gamins qui partent à la chasse au python!

10 commentaires:

  1. Mais c'est dingue, cette histoire ! Comment le gars a simplement pu se ballader dans un endroit public avec un python, SANS ETRE ARRETE ?? Je suis anormale si je dis que c'est ça qui me choque le plus ?? Parce que le fait que le python se carapate, c'était logique, non ?
    Cécile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui!

      Mais se balader avec un python, on a le droit je crois :) C'est pas pire qu'un chien... La connerie c'est de le laisser dans l'herbe et de se fumer un joint...

      Supprimer
  2. Tu sais je ne connais pas grand chose aux serpents mais en France certaines personnes se promènent avec des chiens type malinois ou autres grosses bestioles sans laisses ni muselière honnetement je crois que je préfère un python dans l'herbe à un énorme molosse en liberté même si soit sidant il est gentil et il obéit..... si jamais tu rencontre la bestiole tu pourras le prendre en photo ????

    RépondreSupprimer
  3. Les gosses sont ravis, mais les mères sans doute moins! Ceci dit, moi aussi je préfèrerais un python plutôt qu'un molosse bavant!

    RépondreSupprimer
  4. euh moi je fuyerais ce parc jusqu'a ce que le python soit retrouve. J'ai une horreur des serpents. Tu es bien courageux!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis comme crocodile dundee, je ne sors jamais sans mon couteau :D

      Supprimer
    2. Tu as le chapeau aussi ?

      Supprimer
    3. j'ai meme le chapeau, cf http://www.carnetsdeseattle.fr/2012/07/la-morsure-du-soleil.html

      Supprimer
  5. Pascale D. en Virginie26 août 2012 à 21:14

    Crazy!!! Bonjour de Virginia Beach! Il est sans doute dangereux ce python?

    RépondreSupprimer

Un petit mot fait toujours plaisir!
Si vous ne savez pas quoi choisir dans la liste déroulante, choisissez "Nom/Url". L'url est optionnelle.

Search Results


Free Blogger Templates by Isnaini Dot Com and Architecture. Heavily modified beyond all recognition by Lo�c. Social icons by plugolabs.com .Powered by Blogger