Carnets de Seattle: Patchwork d'impressions et d'humeurs de deux Français expatriés aux Etats-Unis. Depuis mars 2011, ces carnets sont aussi le journal de notre combat contre la leucémie.

mardi 29 mai 2012

L'Histoire Sans Fin

J'ai un petit problème quand je parle de livres avec quelqu'un: j'ai tellement de livres qui sont le "meilleur livre que j'ai jamais lu" que parfois quand je parle d'un livre, à Celia notamment, je ne suis pas super crédible. "Eh, il faut absolument que tu lises ça, c'est un des meilleurs bouquin que j'ai jamais lu, vraiment"... Ouais, ouais. Comme les deux milles autres à propos desquels je t'ai bassiné les oreilles.

Dans ma liste des "meilleurs bouquins de la terre entière", il y a quand même une liste spéciale des quelques livres les plus géniaux de l'univers, des livres tellement géniaux que le monde ne serait pas pareil s'ils n'existaient pas. Ce sont des livres que je relis périodiquement, tout les cinq ans environ.

Parmi ceux-ci, j'ai une affection particulière pour "l'Histoire Sans Fin" de Michael Ende. Gamin, j'ai tout d'abord été fasciné par le film (qui a probablement mal vieilli), puis j'ai été fasciné à nouveau quand, des années plus tard, j'ai lu le livre et découvert que le film ne couvrait qu'environ la moitié de l'histoire (et prenait d'ailleurs des libertés considérables avec l’œuvre originale).

Il y a quelques jours, je l'ai emprunté à la bibliothèque pour le lire, en Anglais bien sûr. Or, comme vous le savez peut-être, chaque chapitre commence par une lettre, de A à Z, dans l'ordre. Là ou cela devient amusant, c'est que le livre original est en allemand. Et dans les éditions française et anglaise, cette particularité est respectée. Je me suis toujours demandé comment c'était possible.

Bon, il est clair que l'auteur a facilité la tâche des traducteurs (et la sienne) en utilisant une astuce toute simple: certains des chapitres démarrant par une lettre trop compliquée (X, par exemple) commencent par un nom propre. Cependant il y a des chapitres avec des vraies lettres bien rares qui ne font pas appel à cet artifice, ce qui me fait me demander comment les traducteurs ont pu accomplir ce tour de force.

J'aimerais par conséquent comparer les 26 premières phrases de chaque chapitre, mais je n'ai évidement que l'édition anglaise sous la main. Ce que je vais faire, c'est que je vais les recopier ci-dessous, et si quelqu'un a l'édition française ou allemande (ou une autre langue, l'espagnol et l'italien, ça serait amusant!) et veut participer, cela serait génial. Contactez-moi dans les commentaires ou par email!

Je me demande si en fait, ce n'est pas le premier paragraphe de chaque chapitre qu'il faudrait recopier, mais on va déjà commencer par cela.
  1. All the beasts in Howling Forest were safe in their caves, nests and burrows.
  2. Because of their special importance, deliberations concerning the welfare of all Fantastica were held in the great throne room of the palace, which was situated only a few floors below the Magnolia Pavillion.
  3. Cairon, the old black centaur, sank back on his bed of furs as Artax's hoofbeats were dying away.
  4. Dire hunger and thirst pursued Atreyu. 
  5. Ever so slowly, Atreyu awoke to the world.
  6. Falkor was still sound asleep when Engywook brought Atreyu back to the gnomes' cave.
  7. Gladness buoyed Atreyu's heart as he strode into the forest of columns which cast black shadows in the bright moonlight.
  8. High in the air rode Atreyu, his red cloak flowing behind him.
  9. In the endless sky, somewhere above the roaring waves, Falkor's voice rang out like a great bronze bell.
  10. Just as Atreyu passed through the somber gate of Spook city and started the exploration that was to end so dismally in a squallid backyard, Falkor, the luckdragon, was making an astonishing discovery.
  11. Knitting his brow, powerless to utter a single word, Atreyu stood gazing at the Childlike Empress.
  12. Long-thundering avalanches descended from the heights, snowstorms raged between towering ice-coated summits, dipped into hollows and ravines, and swept howling onward over the white expanse of the glaciers.
  13. "Moon Child, I'm coming!" Bastian repeated in the darkness.
  14. Never had Bastian slept so soundly as in that glowing red blossom.
  15. "O master," said the rumbling lion's voice.
  16. Purple light passed in slow waves across the floor and the walls of the room.
  17. Querquobad, the Silver Sage, had slumped down his chair asleep, for already the hour was late.
  18. Rain was coming down in buckets.
  19. Sunbeams were fighting their way through the cloud cover as the travelers started out that morning.
  20. The dewdrops on the orchids glistened in the morning sun as the caravan started out again. 
  21. Uninterruptedly new emissaries from all parts of Fantastica poured in to swell the army of those accompanying Bastian on his march to the Ivory Tower.
  22. Vigilant scouts returned to camp, reporting that the Ivory Tower was not far off and could be reached in two or at the most three days' marches.
  23. While Bastian was racing through the pitch-black night miles ahead, his companions were still making preparations for departure.
  24. Xayide's end is soon told, but hard to understand and full of contradictions like many things in Fantastica.
  25. Yor, the blind miner, was standing beside his hut, listening for sounds on the snow-covered plains around him.
  26. Zigzagging unsteadily, scarcely able to control his feet, the boy who had no name took a few steps toward Atreyu. 

Pour conclure, j'en profite pour vous recommander un autre livre de Michael Ende, "Momo". Drôle de titre? En résumé, c'est l'histoire d'une jeune vagabonde en Italie (ou Ende a passé une partie de sa vie), qui se trouve confrontée à d'étranges "Hommes Gris" qui achètent le temps de ses amis. Un thème d'actualité, non?

6 commentaires:

  1. Hello from Chicago.
    Je n'ai jamais lu "L'histoire sans fin", mais je connais bien "Momo", qui est un classique de la littérature pour enfant en Allemagne, et qui a fait l'objet d'une adaptation en dessin animé sous forme de série TV, avec un graphisme assez bluffant (mes enfants, moitié allemands par leur papa, aimaient bien le regarder).
    Si tu aimes ce genre de littérature, je te recommande la série de romans de Cornelia Funke (Coeur d'Encre est le tome 1), ils sont traduits en français et disponibles en poche. Ce qui est intéressant dans ce type de littérature, c'est qu'il y a souvent 2 niveaux de lecture (enfant et adulte) et c'est une chouette façon de partager et d'échanger avec ses enfants.
    Have a good weekend !
    Cécile

    RépondreSupprimer
  2. Une lettre par chapitre, c'est aussi le cas de la traduction française de Dominique Autrant

    Ah oui, tous les animaux de la forêt de Haule étaient tapis dans leurs terriers, leurs nids et leurs refuges...

    Bien des délibérations concernant le sort de l'ensemble du Pays Fantastique se tenaient dans la grande salle du trône de la tour d'Ivoire, qui se trouvait à l'intérieur de l'enceinte du Palais proprement dit, quelques étages en dessous du Pavillon au Magnolia.

    Cairon entendit le claquement des sabots du cheval d'Atrèju se perdre au loin et le vieux Centaure Noir retomba sur sa couche de fourrure moelleuse.

    De soif et de faim, voilà de quoi souffrait Atréju.

    Et pendant un terrible instant, Atréju fut assaili par le doute; Ygramul l'avait elle trompé?

    Fuchur dormait toujours profondément quand Engywuck, accompagné d'Atréju, regagna la grotte des gnomes.

    Grande était la joie d'Atréju tandis qu'il se promenait dans la forêt de colonnes qui, à la clarté de la lune, jetaient des ombres noires.

    Haut dans le ciel, Atréju chevauchait toujours.

    Imperceptiblement, puis plus fort quelque part au-dessus des vagues mugissantes de la mer résonnait la voix de Fuchur.

    Juste à l'instant où Atréju franchissait le sombre portail de la Ville Fantôme et commençait sa balade dans les ruelles tortueuses qui allait s'achever de manière si funeste dans cette arrière cour crasseuse, Fuchur, le Dragon de la Fortune, avait fait une découverte tout à fait surprenante.

    Knock-out ou presque, en tout cas incapable de prononcer un seul mot, Atréju restait planté là et regardait la Petite Impératrice.

    Les avalanches dévalaient avec un grondement de tonnere les parois montagneuses trouées de crevasses, des tempêtes de neige se déchaînaient entre les pitons rocheux des cimes cuirassées de glace, s'engouffraient en hurlant dans les grottes et les ravins et balayaient de plus belle les étendues des glaciers.

    "Maintenant, maintenant Enfant-Lune j'arrive", s'écria Bastien une seconde fois à voix basse dans les ténèbres.

    Normalement, lorsque Bastien ouvrit les yeux, après avoir dormi longtemps d'un sommeil profond dans la fleur géante, il vit encore au-dessus de sa tête la voûte noire et veloutée du ciel nocturne.

    "Où, maître, dit la voix grondante du lion, as-tu passé toute la nuit ainsi?"

    Pourpre, la lumière baignait par vagues lentes le sol et les murs de la pièce.

    Querquobad Vieil-Argent s'était endormi sur son fauteuil car la nuit était déjà très avancée.

    Raide, dense, lourde, la pluie tombait des nuages sombres qui balayaient le ciel presque au-dessus de la tête des cavaliers.

    Soudain, quand ils se mirent en route, ce matin-là, les rayons du soleil filtrèrent en oblique à travers le sombre plafond nuageux.

    Toutes les gouttes de rosée brillaient sur les pétales et les feuilles des orchidées dans le premier soleil du matin quand la caravane se remit en route.

    Un nouvel émissaire, puis un autre, un autre encore, arrivant de toutes les contrées du Pays Fantastique venait continuellement se joindre à la foule de ceux qui accompagnaient Bastien dans sa marche vers la Tour d'Ivoire.

    Vigilants, les éclaireurs revinrent au camps et rapportèrent que l'on arrivait maintenant tout près de la Tour d'Ivoire.

    Well, se dit Bastient qui avait déja parcouru des milles à travers la nuit d'un noir de poix, ses compagnons rescapés du combat commançaient seulement à se mettre en route.

    Xayide... Sa fin n'est pas longue à raconter, et pourtant elle demeure difficile à comprendre et remplie de contradictions, comme tant d'autres choses du Pays Fantastique.

    Yor, le mineur aveugle, était debout devant sa cabane et tendi l'oreille vers l'immensité neigeuse qui s'étendait de tous coté.

    Zigzaguant, le jeune garçon qui n'avait plus de nom fit quelques pas vers Atréju.

    RépondreSupprimer
  3. Ah punaise merci Galwan, c'est énorme.

    De mon coté, j'ai compilé la liste en allemand, je vais pouvoir faire la suite de ce post.

    Merci beaucoup pour le temps que tu as passé à recopier cela!

    RépondreSupprimer
  4. de rien. Il y a des bouquins comme celui là que l'on a lu et que l'on sait que l'on gardera longtemps voire toujours dans sa bibliothèque.
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hey galwan, au passage, tu as dis qu'on se connaissais mais je ne vois pas qui tu es!

      Est ce que tu peux m'envoyer un mail? carnets.seattle at gmail.com

      Supprimer
  5. Et du coup, celui ci aussi DEFONCE!!! J'avais dû le zapper.

    J'adore ce livre, vraiment, vraiment, vraiment!

    RépondreSupprimer

Un petit mot fait toujours plaisir!
Si vous ne savez pas quoi choisir dans la liste déroulante, choisissez "Nom/Url". L'url est optionnelle.

Search Results


Free Blogger Templates by Isnaini Dot Com and Architecture. Heavily modified beyond all recognition by Lo�c. Social icons by plugolabs.com .Powered by Blogger